La presbyacousie

Contenu

Body

Phénomène naturel, la presbyacousie est la baisse naturelle de l’audition liée à l’avancée dans l’âge.

Qu’est-ce que la presbyacousie et quelles sont ses causes ?

La presbyacousie est la perte naturelle d’audition liée au vieillissement physiologique du système auditif. Elle entraîne une diminution de l’acuité auditive de façon progressive mais est souvent imperceptible avant 60 ans. Elle est considérée comme la principale source de surdité chez les personnes âgées et peut rapidement devenir invalidante.

Par ailleurs, en plus d’être d’origine génétique, elle peut également être due à des facteurs environnementaux, tels que la prise de médicaments ototoxiques (certains antibiotiques ou certaines chimiothérapies) ou l’exposition excessive et régulière ou accidentée au bruit et aux sons trop forts. Tous ces facteurs environnementaux sont regroupés sous le terme de « socioacousie ».

En Europe, 12,4 % des adultes de plus de 18 ans sont malentendants (EuroTrak 2018). Ce taux augmente avec l’âge : 12,9 % dans la tranche d’âge des 55-64 ans, 19,5 % dans celle des 65-74 ans, et 36,7 % après 74 ans.

Quels sont les types de presbyacousie et leurs conséquences ?

La presbyacousie est une surdité de perception qui touche les deux oreilles, droite et gauche, de façon symétrique : il y a la même altération de l’oreille droite et de l’oreille gauche. À la genèse de cette perte auditive il y a plusieurs lésions :

  • des lésions au niveau de l’oreille interne, comme la perte des cellules auditives ciliées qui permettent la perception des sons aigus, on parle alors de presbyacousie sensorielle ;
  • une perte des neurones au niveau des voies et des centres auditifs, il s’agit d’une presbyacousie nerveuse ;
  • et aussi un mauvais fonctionnement des structures qui produisent de l’énergie pour l’oreille.

Ces lésions, qui s’associent diversement, sont responsables avant tout d’une déficience évidente : la perte de la capacité d’entendre les sons de tonalités aiguës. Mal entendre les aigus déclenche l’incapacité d’entendre les consonnes, surtout dans le bruit.

La cause la plus fréquente de la surdité est aujourd’hui la presbyacousie : elle justifie 90 % du recours à l’appareillage auditif.

Peut-on soigner la presbyacousie ?

La presbyacousie ne peut pas se soigner de façon médicamenteuse. Cependant, il est possible de compenser la perte auditive grâce à un appareillage. Dès les premiers signes de perte d’audition il convient de prendre rendez-vous chez son médecin ou son ORL pour réaliser un audiogramme et établir le diagnostic de la perte de décibels de façon précise. C’est ensuite l’audioprothésiste qui proposera l’appareillage le plus adapté et qui établira les réglages nécessaires pour obtenir une bonne compensation de la perte d’acuité auditive.

De plus, l’apprentissage et la pratique de la lecture labiale peut être un complément intéressant à l’appareillage car elle permet de distinguer les sons qui se ressemblent ou de compenser quand le simple appareil auditif ne suffit pas pour retranscrire la parole.

Presbyacousie : comment la prévenir ? 

La presbyacousie étant une conséquence directe du vieillissement du corps humain, il semblerait logique que nous y soyons sujets un jour. Si la surdité liée à l’âge touche la majorité des individus à un moment ou à un autre de leur vie, tous ne sont pas égaux face au développement de cette pathologie. En effet, traumatismes sonores ou agressions sonores journalières affectent le système auditif de manière irréversible et participent directement au vieillissement prématuré de l’oreille. Pour pouvoir espérer prévenir ou retarder la presbyacousie, il est important de prendre soin de ses oreilles tout au long de sa vie. Ainsi, un patient présentant un système auditif en bonne santé aura moins de chances de souffrir d’une perte d’audition liée à l’âge ou cette dernière surviendra alors beaucoup plus tardivement. 

La prévention restant le meilleur moyen de retarder la presbyacousie, quelques règles à respecter contribueront à préserver le système auditif : 

  • Protéger les oreilles du bruit en portant un casque ou des protections sonores adaptées en présence d’un niveau sonore élevé, voire excessif (travailleurs exposés au bruit, concert...).
  • Réduire le niveau sonore de la musique diffusée dans les casques et écouteurs et éviter une écoute prolongée. 
  • Consulter un médecin rapidement en cas de douleur ou d’écoulement provenant de l’oreille. 
  • soigner les oreilles en cas de maladie diagnostiquée par le médecin (otite, infection ORL...).
  • Ne pas insérer un quelconque objet ou liquide à l’intérieur du conduit auditif.
  • Maintenir une bonne hygiène du conduit externe de l’oreille en privilégiant un nettoyage doux (spray d’eau de mer, rinçage à l’eau) et un séchage soigneux. 
  • Éviter les médicaments ototoxiques (antibiotiques de la famille des aminosides, anti-inflammatoires non stéroïdiens...).
  • Consommer des aliments riches en oméga 3 pour leur effet antioxydant (graines, fruits secs, poissons bleus...).