La prise en compte de la surdité en Entreprise pendant le confinement

Accroche

L’association Unanimes a réalisé une enquête auprès de salariés sourds ou malentendants en France dont l’ambition était de recueillir des informations sur l’accessibilité mise en place pendant le confinement pour ces salariés.

Actualités (05/07/2021)

Résumé

Réalisée entre octobre 2020 et mars 2021, l'enquête d'Unanimes a permis d’interroger 232 personnes sourdes ou malentendantes, salariées du secteur public ou privé, dont 57% d’entre elles sont sourdes et 42% malentendantes.

Contenu
Body

Aperçu des principaux enseignements de l’enquête.

Des déficits dans l’information et la sensibilisation en interne

Une information plus présente pour les personnes sourdes. En effet, 64% d’entre elles affirment que leur employeur connaît suffisamment le sujet de la surdité, alors que cela ne concerne que 38% des personnes malentendantes. Ces données posent la problématique de base sur la connaissance de ces sujets en interne. Et elles font le lien avec la prise en compte des besoins et des moyens d’accessibilité, car ce sujet est abordé à hauteur de 60% selon les personnes sourdes, contre seulement 38% pour les personnes malentendantes.

Pendant la période de confinement, 68% des personnes sourdes ou malentendantes (sur 131 répondants), déclarent qu’elles n’ont pas été accompagnées par la médecine du travail pour adapter leur poste de travail.

L’organisation et l’accessibilité des postes de travail pré et pendant le confinement

Deux modes d’accessibilité sur six étaient majoritaires avant le confinement :

  • Interprétariat en LSF ou LfPC, ou à l’écrit pour 23% des répondants,
  • Accessibilité à distance via des prestataires de l’accessibilité pour 22% des répondants.

Ils sont principalement utilisés lors des réunions internes, des échanges téléphoniques et des visioconférences.

Pourtant, pendant le confinement, avec l’obligation du télétravail, l’accès aux réunions a été limité. 52% des salariés sourds ou malentendants (sur 181 répondants ayant continué de travailler pendant le confinement) se sont sentis limités dans l’accès aux réunions. Cependant, les modes d’accessibilité souhaités par les salariés ont peu différés d’avant la crise sanitaire, car 78% des répondants n’ont pas demandé d’aménagement différents et/ou supplémentaires.

En revanche, il découle en tout état de cause que l’accessibilité à distance a augmenté : 27% des répondants en ont fait usage, contre 22% avant le confinement.

Le quotidien professionnel affecté par le télétravail et la distanciation

Pour les 181 salariés sourds ou malentendants ayant continué de travailler pendant le confinement, 53% estiment que leurs conditions de travail étaient bonnes. Toutefois, ils sont 70% à affirmer que leur situation professionnelle ne s’est pas améliorée et que leurs besoins n’ont pas été forcément mieux cernés qu’avant.

Les relations professionnelles et la bonne mise en œuvre du travail, ont été très impactées par le confinement :

  • 31% des répondants estiment que le confinement a eu de mauvais impacts sur la prise en compte de leur handicap,
  • Et 33% affirment que la réalisation de leur activité a été impactée négativement.

Des enseignements tangibles sur le vécu de la surdité en milieu professionnel pendant le confinement

Cette étude a permis de faire un état des lieux de l’accessibilité et des situations professionnelles et interprofessionnelles vécues par les salariés sourds ou malentendants durant le premier confinement.

Les différents champs du travail vis-à-vis de la surdité et de l’inclusion ont été évalués : de l’information aux ressentis, en passant par l’accessibilité et le télétravail, rien n’a été mis à l’écart pour bien comprendre les blocages et les besoins des salariés sourds ou malentendants pendant la crise sanitaire, et même au-delà de cette dernière.

Les principaux enseignements conclus par l’étude, sont que :

  • Le milieu professionnel ne connait pas suffisamment le sujet de la surdité et de la malentendance, cette méconnaissance est accrue sur la malentendance qui reste aujourd’hui un handicap le plus invisible.
  • Les dispositifs d’accessibilité ont pu être maintenus, mais les services d’accompagnement sont encore peu connus des employeurs pour répondre au mieux aux différents besoins des salariés sourds ou malentendants.
  • Le télétravail a impacté négativement les relations avec les managers pour 50% des salariés sourds ou malentendants. C’est ainsi que 24% d’eux, ne souhaitent pas recourir au télétravail en totalité.
  • La crise sanitaire a fortement dégradé les conditions de travail des personnes sourdes ou malentendantes : isolement, décrochage, inquiétudes, …

Consultez l'ensemble des résultats de l'enquête menée par Unanimes et visionnez le webinaire de présentation en replay.

Une étude approfondie pour connaître les surdités en entreprise

Après la parution de son premier livret « Connaître et comprendre les surdités en entreprise », la Fondation Pour l’Audition mène une nouvelle étude axée sur le milieu professionnel pour mieux cerner les freins, les avantages, les ressentis des salariés sourds ou malentendants en France dans leur milieu professionnel.

Ainsi, à elles deux, cette étude, complémentaire à celle d’Unanimes sur le télétravail, permettront de dresser un état des lieux complets de la surdité en entreprise et de déterminer des enseignements et les adaptations nécessaires à mettre en place pour améliorer le quotidien des personnes sourdes ou malentendantes au travail.