Sous-titre

Frédéric Venail, lauréat du prix émergence scientifique 2020

prix scientifique (19/11/2020)

Accroche

Frédéric Venail, lauréat du prix Émergence scientifique 2020 pour la recherche clinique, est récompensé pour ses travaux précurseurs visant à prévenir la fibrose après la mise en place d’un implant cochléaire ; un effet adverse, qui compromet l’audition résiduelle du patient.

Contenu
Body

Le Professeur Frédéric Venail est chirurgien oto-rhino-laryngologue et responsable de l'équipe médicale Otologie et neurotologie au Centre hospitalier Gui de Chauliac.

Il mène ses recherches à l’interface des neurosciences et de la médecine pour améliorer la prise en charge des déficits auditifs.

SON PARCOURS

Diplômé de médecine spécialisé en ORL en 2006, Frédéric Venail démarre en parallèle un doctorat de sciences à l’Université de Montpellier sur le thème de la régénération des cellules sensorielles dans la cochlée (organe de l’oreille interne), qu’il obtient en 2008. Il poursuit ses travaux de recherche en 2009 par un postdoctorat dans le laboratoire de Richard Smith, à l’Iowa Institute of Human Genetics, aux États-Unis. Du côté hospitalier, il est nommé Assistant hospitalo-universitaire à Montpellier en 2007, puis accède au titre de Professeur des Universités-praticien hospitalier en 2016.

SES TRAVAUX

En temps normal, la cochlée, structure de l’oreille interne impliquée dans l’audition, transforme les vibrations sonores en signaux électriques et les transmet au nerf auditif. Ces signaux sont ainsi acheminés au cerveau, qui traite l’information sonore.

En cas de surdité sévère, un dispositif électronique appelé implant cochléaire peut être proposé. Son processeur externe capte les sons et les transmet à la partie interne, insérée chirurgicalement dans la cochlée, et dont les électrodes stimulent le nerf auditif.

Frédéric Venail étudie depuis plus de 10 ans les mécanismes de fibrose de la cochlée, un effet adverse redouté après la mise en place d’un implant cochléaire car il compromet l’audition résiduelle du patient et entrave le bon fonctionnement de l’implant.

La fibrose cochléaire, qui peut apparaître à la suite de l’introduction de l’implant dans l’oreille interne, résulte d’une cicatrisation anormale des tissus. Grâce à des modèles de rongeurs qui reproduisent ce processus, l’équipe du Pr Venail a élucidé les mécanismes d’inflammation chronique conduisant à la fibrose. Les scientifiques ont ainsi mis au jour les facteurs moléculaires qui mènent à la prolifération des cellules à l’origine du tissu cicatriciel fibreux. Enfin, ils ont pu montrer chez ces animaux l’efficacité de molécules antiprolifératives et antiinflammatoires, capables de stopper ce processus, comme la dexaméthasone.

Si ces résultats se confirment chez l’Homme, les travaux du Pr Venail pourraient grandement améliorer les bénéfices des implants cochléaires.