Les assistants d'écoute

Contenu

Body

Sujette à controverse il y a quelques années, cette option est désormais à examiner, en France, à la lumière du 100 % Santé et du reste à charge zéro.

Les textes officiels :

  • Un arrêté du 13 août 2014 a autorisé les pharmaciens à vendre des « assistants d’écoute préréglés d’une puissance maximale de 20 dB ».
  • L’arrêté du 14 novembre 2018 porte modification des modalités de prise en charge des aides auditives et prestations associées. Ce texte ne se contente pas de fixer le remboursement des appareils, mais précise, par exemple, les caractéristiques des appareils auditifs concernés : « Les aides auditives doivent pouvoir faire l’objet de réglages individualisés, notamment pour adapter la correction auditive au profil audiologique du patient. Ces réglages doivent pouvoir être différenciés selon des plages de fréquences ».

Qu’est-ce qu’un assistant d’écoute ?

Les assistants d’écoute sont des dispositifs amplificateurs de sons qui ne peuvent pas se prévaloir du statut d’aide auditive dans la mesure où ils ne sont pas finement personnalisés à la perte auditive. De plus, l’acheteur n’est pas accompagné par un audioprothésiste pendant toute la durée de vie du dispositif. Esthétiquement, l'assistant d'écoute ressemble à un appareil auditif qui se porte en contour d'oreille.

Lorsqu’ils sont apparus, en 2010, l’objectif était louable : donner accès à l’appareillage aux personnes atteintes d’une perte auditive légère à moyenne. Ils pouvaient constituer un premier pas vers la compensation auditive. Mais, aujourd’hui, la baisse du prix des prothèses auditives et, surtout, la mise en place du « reste à charge zéro » dès le 1er janvier 2021 rebattent les cartes, sachant que le prix unitaire d’un assistant d’écoute est de 300 €, sans prise en charge ni accompagnement d’un professionnel de l’audition.

Aux États-Unis, les assistants d’écoute ou PSAP, (Personal Sound Amplification Product) sont plus largement diffusés. Parce qu’ils ne nécessitent ni prescription médicale, ni ajustement professionnel, les PSAP ont été décrits comme la version auditive des loupes vendues en pharmacie. Comme tels, ils sont recommandés pour une utilisation d’appoint : conversation, amplification du son de la télévision dans une pièce calme ; ils sont même parfois utilisés par les chasseurs en quête de gibier ! Mais les PSAP n’ont pas non plus le statut d’aide auditive aux États-Unis.

Il est possible d’écouter par un autre moyen que les oreilles, grâce aux écouteurs à conduction osseuse. Ils apportent un très bon son. Ils peuvent s’utiliser pour conduire, faire un jogging ou tout autre sport, et permettent ainsi de garder ses oreilles libres, ce qui est essentiel.