"De l'utilité des boucles magnétiques..."

Sous-titre

Témoignage.

Témoignages (17/05/2019)

Accroche

Par Sigrid C.

"Ma mère est devenue malentendante il y a une trentaine d’années, bien avant ses 60 ans et cela s’est vite aggravé. Elle a eu beaucoup de mal à obtenir satisfaction pour ses appareils auditifs, après quelques années elle a dû changer d’audioprothésiste.

Contenu
Body

Elle a 2 sœurs malentendantes appareillées aux Pays-Bas, qui se servent souvent des boucles magnétiques (très répandues dans les pays anglo-saxons). En 2011, après avoir insisté auprès de son (deuxième) audioprothésiste en France pour qu’il active la position T de ses appareils, elle a pu en tester une là-bas en ma présence. Quelle expérience merveilleuse ! « Ça fait 20 ans que je n’ai pas entendu comme ça ! ».

Et moi je me demandais : « Pourquoi ça n’existe pas en France ? ».

Alors j’ai créé une société pour que les boucles magnétiques se développent en France (elle s’appelle Axe Audio), et une amie a accepté de s’associer avec moi car nous pensions que cette activité serait vraiment utile pour les 6 Millions de Malentendants de France.

Habitant dans le Nord, nous avons adhéré à l’ADSM Nord (Association des Devenus Sourds et Malentendants du Nord) pour mieux connaitre les besoins des personnes malentendantes.

Désormais ma mère nous donne son avis sur la plupart des équipements individuels que nous proposons (il y a par exemple des amplificateurs de conversation, des téléphones ou des casques TV avec induction magnétique), et certains adhérents des associations de malentendants aussi.

Mais nous avons rencontré beaucoup d’obstacles pour le développement des boucles magnétiques dans les salles sonorisées en France :

  • Les audioprothésistes ne parlent pas de la position T à leurs patients
  • Les médecins, même les ORL, ne sont pas du tout au courant
  • Les boucles magnétiques ne sont pas clairement obligatoires. Sauf par :

Article L111-7-3 du Code de la Construction, modifié par Loi n°2006-872 du 13 juillet 2006 - art. 79 (V) JORF 16 juillet 2006

"Les établissements existants recevant du public doivent être tels que toute personne handicapée puisse y accéder, y circuler et y recevoir les informations qui y sont diffusées, dans les parties ouvertes au public. L'information destinée au public doit être diffusée par des moyens adaptés aux différents handicaps."

Depuis 2015, les boucles magnétiques de guichets d’accueil sont obligatoires, mais honnêtement, ce n’était vraiment pas le plus important. D’ailleurs, cette loi n’est toujours pas appliquée, même dans les grandes villes, 4 ans après…

Les salles de spectacles appartiennent souvent aux collectivités publiques qui ont peu de budget. Idem pour les lieux de culte.

Pour les salles de conférences des lieux privés, sauf exceptions, les gestionnaires ne sont pas du tout sensibilisés à la prise en compte du handicap.

Même dans les maisons de retraite nos propositions restent lettre morte (à moins que cela ne commence à changer ?)

Depuis 2015, les Agendas d’Accessibilité Programmées (Ad’AP) planifient les investissements en matière d’accessibilité. Bien souvent le handicap auditif a été « oublié » dans ces programmes ! Et sinon, cela passe après les accessibilités PMR et malvoyants, donc à la fin du programme !

Les boucles magnétiques ont mauvaise réputation car les seules qui existent ont souvent été installées par des électriciens qui n’en ont pas la compétence. Vers 2010 le BucodesSurdifrance affirmait qu’environ 80% des BIM en France ne fonctionnaient pas, ou mal, ce qui revient au même (car une mauvaise BIM ne donne pas de confort d’écoute). Grâce à une poignée d’entreprises spécialisées comme la nôtre, c’est peut-être en train de changer.

Pour les organismes qui acquièrent leurs équipements par le biais d’appels d’offres, les bureaux d’études qui rédigent ceux-ci ne maitrisent pas du tout le sujet, et souvent les boucles magnétiques sont incluses dans le lot Electricité d’un programme de travaux. Nous nous battons pour qu’il y ait un lot Boucle magnétique ou « équipements pour malentendants » dans les appels d’offres.

Beaucoup de personnes malentendantes ne connaissent pas les boucles magnétiques, ou ne les réclament pas, ou ne font aucun retour aux gestionnaires des salles sur le bon ou le mauvais fonctionnement.

Pourtant une boucle magnétique bien conçue et bien posée, mise en service par un expert en sonorisation, donne un confort d’écoute exceptionnel. On voit souvent des témoignages de Britanniques qui racontent avec joie comment cela a changé leur vie (moins d’isolement et donc moins de baisse des capacités cognitives chez les personnes âgées).

Une bonne installation de boucle magnétique est le fruit d’une étude précise, au cas par cas (le tracé n’est pas forcément périmétrique, le câble doit souvent être posé au sol mais parfois en hauteur - on ne fait pas ce qu’on veut -, il ne faut pas que 2 salles proches l’une de l’autre soient équipées toutes 2 de boucles simples…). La norme EN-NF 60118-4 définit des règles qui permettent d’avoir une qualité sonore uniforme sur toute la surface couverte.

Mais elle n’est pas toujours respectée, loin de là…

Heureusement, nous avons peu à peu réussi à convaincre nos interlocuteurs et enfin, depuis 8 mois environ, l’activité se développe. Cela est sans doute dû au fait que certains Ad’AP (déposés en 2015 ou 2016) sont étalés sur 3 ans, et certains établissements s’intéressent enfin au volet auditif de l’accessibilité. Et en 2017 une nouvelle règlementation a imposé les boucles magnétiques dans les constructions neuves. Nous espérons que les témoignages sur de bonnes installations (voir la cartographie Surdifrance) auront un effet boule de neige…

Ma mère a testé avec bonheur plusieurs installations de boucles magnétiques que nous avons réalisées, et elle continue de dire que c’est la solution optimale…

Rappel : l’immense majorité des malentendants préfère se servir de ses restes d’audition pour comprendre des paroles, ne pratique pas la LSF ou le LPC, et n’a pas envie qu’on l’oblige à lire…

Info sur les « boucles magnétiques portatives » :

Cette expression figure dans la règlementation. Mais auparavant elle désignait parfois la « boucle portative de guichet » ou « boucle magnétique portative d’accueil ». Dans l’Arrêté du 8 décembre 2014 elle désigne les systèmes de transmission par ondes radio, appelés tantôt « systèmes radio HF » (Haute Fréquence, par exemple 628 MHz ou 865 MHz) ou UHF, tantôt « systèmes FM » (modulation de fréquences) ; ou les systèmes infrarouge, fonctionnant sur le même principe, avec un émetteur et des récepteurs. Désormais on inclut dans cette expression la même chose avec une transmission 2.4 GHz, qui est une transmission numérique sur la même fréquence que le wifi. Dans tous ces cas, chaque visiteur malentendant doit porter sur lui un récepteur individuel, avec un collier magnétique (ou des « crochets magnétiques »). Pour utiliser le collier magnétique, il faut avoir la position T sur l’appareil auditif ou sur l’implant, et donc avoir demandé à l’audioprothésiste ou au régleur d’implant de l’avoir activée. C’est un réglage qui fait partie du Service Après Vente, mais qui n’est pas proposé systématiquement. Si le visiteur malentendant n’a pas d’appareil auditif ou pas la position T, il peut brancher un casque sur le récepteur. Si c’est un casque supra-aural il peut le placer au-dessus de la tête (et même au-dessus des micros de l’appareil auditif, donc un peu sur l’arrière).  Si c’est un casque stéthoscopique il se place sous le menton mais les embouts se mettent dans le conduit auditif donc ne conviennent pas pour les personnes porteuses d’un appareil auditif.

A savoir : pour tous ces équipements (boucles magnétiques fixes ou mobiles) il faut avoir la position T. Mais elle est universelle. Quasiment tous les contours d’oreille et les implants cochléaires peuvent bénéficier des boucles magnétiques. Même si vous allez aux Etats-Unis ou en Australie vous pourrez vous en servir. Et elle ne représente aucun coût supplémentaire.

En revanche tous les accessoires proposés par les audioprothésistes pour écouter votre téléphone en Bluetooth ou autres ne vous sont d’aucune utilité dans les lieux publics, et ils sont propres à chaque marque d’appareil auditif.

La seule exception qui éventuellement peut utiliser le Bluetooth, ce sont les systèmes avec réception sur les smartphones, et dans ce cas c’est votre smartphone qui joue le rôle de récepteur individuel. Vous pouvez aussi utiliser votre propre collier magnétique (ou vos crochets magnétiques si le collier ne vous donne pas un excellent résultat). Il faut télécharger une application gratuite sur son smartphone (IOS ou Android) et l’utiliser si vous voyez une indication sur cet équipement dans la salle. Cette solution va se développer, et tant mieux, mais le confort d’écoute est nettement inférieur à celui d’une boucle fixe.

Dernière remarque : une rumeur circule actuellement, faisant croire que la technologie de l’induction magnétique est devenue obsolète et que désormais on ne se sert que des nouvelles technologies de type Bluetooth. Soyons vigilants sur ces fausses informations ; le Bluetooth ne porte qu’à 10 m et il n’existe pas d’émetteur capable d’envoyer un signal en Bluetooth vers toutes les marques d’appareils auditifs. La position T rendra toujours service dans de nombreux cas. Continuons de réclamer des boucles fixes, ou éventuellement des « boucles individuelles ».

Citation
Aujourd’hui j’ai 56 ans et j’ai bientôt rendez-vous pour mon premier audiogramme. Si je dois me faire appareiller, j’espère que je pourrai bénéficier des fruits du long combat porté par beaucoup de malentendants rencontrés au cours des 7 dernières années.
Et j’espère que de plus en plus de malentendants appareillés et implantés seront bien informés des technologies qui peuvent leur changer la vie !