"Tu t'es ouverte au monde"

Accroche

De la découverte de la surdité à l'ouverture au monde. Par Catherine D.

Témoignages (11/08/2020)

Résumé

"Notre toute petite, notre rose sauvage, notre Églantine, tu es née par une belle soirée d’été, tu as souris, tu as gazouillée, tu as grandi, tu as marché, tu as ri, tu nous as appelé tous deux papa, tu as dansé, tu t’es ouverte au monde.

Contenu
Body

Tu avais soif de parler, tu disais un mot accompagné de mimes pour communiquer avec nous, toujours joyeuse et entrainante. Tu t’es énervée, tu as pleuré, tu as hurlé parce que nous ne te comprenions pas toujours, parce que tu ne nous comprenais pas toujours.

Tu avais 3 ans quand notre instinct a enfin été entendu par les médecins, quand on nous a confirmé que tu n’entendais pas, quand on a compris pourquoi tu nommais papa et maman tous deux « papa ». Parce qu’instinctivement tu lisais sur nos lèvres : ça a été ta façon de t’adapter.

On t’a mis des appareils auditifs, on nous a dit que tu entendais et que tu parlerais. Tu as appris des mots, tu as chantonné pour la première fois. Tu as continué de rire, de courir, de danser, de mimer. Oui, tu as entendu et non tu n’as pas compris, parce qu’entendre n’est pas toujours comprendre.

Vanessa, la maman d’un enfant de ta classe, sourd lui aussi, nous a parlé de la langue parlée complétée. Une fenêtre s’est ouverte. On s’est formé, on a appris, on s’est entrainé - souvent, longtemps, tard le soir, tôt le matin, le midi, dans la voiture. On a essayé, on a ânonné, on a persévéré, tu as compris, tu as parlé, tu avais 4 ans.

Ça fait aujourd’hui un an que tu parles, tout le temps, du lever au coucher, que tu as toujours quelque chose à nous dire, à nous raconter. Tu continues de rire, de courir, de danser, de parler, de t’ouvrir au monde, toujours joyeuse et entrainante. Notre toute petite, notre rose sauvage, notre Églantine, nous avons grandi, nous avons appris, et nous avons encore tellement à apprendre, grâce à toi."