Nouveau-nés prématurés : musique et développement cérébral

Sous-titre

La musique favoriserait le développement cérébral des nouveau-nés prématurés.

Recherche (05/06/2019)

Accroche

Une étude menée par des chercheurs suisses a démontré que la musique a des effets positifs sur le développement du cerveau des nouveau-nés prématurés.

Contenu
Body

étudier les effets d’une intervention musicale sur le développement des réseaux neuronaux

Alors que les naissances prématurées sont associées à un risque élevé d'altérations structurelles et fonctionnelles du réseau cérébral et, par conséquent, à un développement de déficits neurologiques, l'essai clinique avait pour objectif d'examiner les conséquences de la musique sur le cerveau des nouveau-nés prématurés.

Les chercheurs ont ainsi sélectionné vingt-quatre nourrissons nés à terme et 39 nouveau-nés prématurés à l'Hôpital universitaire de Genève entre 2013 et 2016. Dans le groupe des prématurés, 20 ont reçu une intervention musicale et 19 ont été affectés au groupe témoin sans musique.

Trois mélodies ont spécialement été conçues par le compositeur suisse Andreas Vollenweider avec seulement trois instruments : harpe, pungi et cloches, afin d’accompagner le réveil, l’éveil et l’endormissement des bébés. Équipés d’un casque, les 20 nouveaux nés prématurés ont été exposés aux différentes musiques 5 fois par semaine jusqu’à leur sortie de l'hôpital.

Un développement cérébral plus efficace

Pour évaluer les effets de la musique, les 3 groupes de nouveau-nés ont subi une IRM pour évaluer la connectivité fonctionnelle de leur cerveau. Les réseaux neuronaux des nouveau-nés prématurés bercés par les musiques se sont développés plus efficacement, notamment ceux des fonctions sensorielles et cognitives, que ceux des bébés prématurés non exposés à la musique. L'étude a donc mis en évidence que la détection d'informations, l’évaluation de leur pertinence et leur transmission à d’autres régions du cerveau se montrent plus actives que chez les autres prématurés.

 

Article inspiré du Le Figaro Santé