Nouvelles thérapies des atteintes auditives : des perspectives ouvertes par la recherche !

Nouvelles thérapies des atteintes auditives : des perspectives ouvertes par la recherche !

 

220 scientifiques et cliniciens venant de 20 pays ont échangé leurs visions du développement des thérapies des atteintes auditives lors du 1er symposium international sur les thérapies de l’oreille interne (ISIET), qui s’est tenu du 1er au 3 novembre 2017 à Marrakech. Regroupant des intervenants de renommée mondiale, ce symposium a été organisé par le Pr Christine Petit (Institut Pasteur), le Dr Saaid Saifeddine (Directeur de recherche du CNRS) et le Pr Raji Abdelalziz (CHU Mohamed VI), avec le soutien de la Fondation Pour l’Audition.

La surdité est le déficit sensoriel le plus fréquent chez l’Homme, touchant plus de 360 millions de personnes dans le monde. En France, un enfant sur 700 naît avec une surdité sévère ou profonde, et un enfant sur 1 000 présente avant l’âge adulte un déficit auditif non identifié à la naissance. A ce titre, les surdités ont un large impact socio-économique et constituent un problème majeur de santé publique. Il n’y a toujours pas, à ce jour, de traitement contre la surdité. On compense cependant de mieux en mieux avec des prothèses et l’implant cochléaire.

Depuis une quinzaine d’années, des travaux tentent de développer des approches alternatives utilisant des voies pharmacologiques, cellulaires et génétiques. Ces efforts, qui commencent tout juste à porter leurs fruits, laissent entrevoir des perspectives prometteuses pour le traitement des surdités acquises et/ou héréditaires. Le symposium ISIET a été l’occasion pour les chercheurs et les cliniciens d’exposer, d’élaborer et de préciser les tout derniers développements concernant ces futures thérapies.

 

Bientôt le passage aux essais cliniques

Une question récurrente dans presque toutes les présentations scientifiques était celle de savoir quand les avancées remarquables qui ont été réalisées chez l’animal pourront donner lieu à des applications chez les patients ?

En particulier, des études récentes ont permis de lever les doutes qui subsistaient sur la capacité des virus adéno-associés (AAV) à introduire de façon spécifique un gène thérapeutique dans l’oreille interne. L’étape clé qui reste à franchir est celle du transfert de ces approches chez l’homme en garantissant leur sûreté et leur efficacité. Si l’ISIET est une première étape nécessaire pour structurer le développement de ces nouvelles thérapies, la mise en place de structures dédiées rassemblant cliniciens, chercheurs, patients et industriels semble maintenant plus que jamais essentielle pour accélérer le passage à la clinique.

 

Début 2019 : Ouverture de l’Institut de l’Audition au cœur de Paris

Fort de ce constat, la Fondation Pour l’Audition a présenté à Marrakech le futur Institut de l’Audition qui ouvrira ses portes à Paris en 2019 et sera dirigé par le Pr Christine Petit. Cet institut s’appuiera sur une collaboration étroite entre scientifiques et cliniciens avec le centre de recherche en audiologie dirigé par le Pr. Paul Avan, intégrant l’Hôpital Necker-Enfants malades et la Pitié Salpêtrière. Ce premier institut de recherche fondamentale et clinique a été pensé comme un ‘accélérateur’ rassemblant les acteurs de la recherche translationnelle, aussi bien chercheurs que cliniciens, industriels qu’associatifs, audioprothésistes qu’orthophonistes, pour fédérer les talents nationaux et internationaux et permettre le développement de nouvelles solutions diagnostiques et thérapeutiques.