« Les jeunes et le monde sonore », l’étude de la semaine du son et d’IPSOS

« Les jeunes et le monde sonore », l’étude de la semaine du son et d’IPSOS

La semaine du son qui s’est déroulée en janvier dernier a été l’occasion de faire le point sur les jeunes et leur consommation du son.

Cette étude a été réalisée par l’institut de sondage ISPOS durant l’automne 2015. Ont été interrogés, 500 parents d’enfants de 0-6 ans , 511 enfants âgés de 7 à 12 ans, 502 adolescents âgés de 13 à 19 ans.

Qu’apprend-on dans cette étude ?

Les enfants et les parents se disent sensibilisés. Les jeunes se disent sensibilisés aux risques auditifs, jusqu’à 95% des 7-12 et 80% chez les adolescents. Ce sont les parents qui les sensibilisent. 35% des parents estiment que leur enfant a été sensibilisé.

Mais certains signes nous montrent que tous ne sont pas conscients des risques.

1 parent sur 4 et un adolescent sur 3 estiment à défaut que les risques auditifs concernent moins les enfants que les adultes. Et 28% des parents déclarent ne pas savoir évaluer l’audition de leur enfant.

Les enfants comme les parents ont tendance à ne pas agir face à un trouble de l’audition. Les enfants avouent ne pas l’avoir dit à leur parent, 41% des 7-12 ans. Et si 26% des parents (7-12 ans) à qui les enfants ont parlé de leur trouble ont emmené leur enfant chez le médecin, encore 18% des parents des 0-6 ans avouent n’avoir rien fait. 43% des adolescents n’ont rien fait face à leur trouble.

2h, c’est le temps journalier moyen que les adolescents (13-19 ans) passent avec leur casque sur les oreilles. La raison principale qui les pousse à porter leur casque est le besoin d’isolement (91% pour les 13-19 ans et 80% pour les 7-12 ans). On apprend aussi que 1 enfant sur 10 de 0 à 2 ans, s’endort avec un casque sur les oreilles.

Cette étude nous révèle que les moyens d’actions lors d’un trouble de l’audition et dans la consommation du son ne sont pas tous connus par les parents et leurs enfants. C’est ce qui pousse d’ailleurs Agir Pour l’Audition à mener depuis 2012, une campagne de sensibilisation intitulée « Protège ta musique » dans les lycées et les universités. Ainsi en 2015, 1 618 tests ont été effectués par des étudiants de 17 à 28 ans. Quelques chiffres alarmants viennent corroborer ceux que l’on trouve dans la littérature depuis quelques temps : 70,5 % ont déjà ressenti des acouphènes et 5% d’entre eux présentent une gêne de la compréhension de la parole dans le bruit.

Agir Pour l’Audition a participé au financement de l’étude IPSOS – Semaine du son pour approfondir le sujet des jeunes et de l’audition.

Retrouvez :