Capture d’écran 2016-03-03 à 18.08.21

Marie Heurtin, une distinction remise par l’ARDDS pour ce film français sous-titré

Le film Marie Heurtin réalisé par Jean-Pierre Améris en 2014 avec Isabelle Carré a reçu le 14 janvier 2016 à Cannes, la première distinction pour un film francophone sous-titré décerné par l’ARDDS, l’Association de réadaptation et de défense des devenus sourds. Tous s’accordent à dire que l’accès aux loisirs est un moyen efficace de lutter contre la tentation du repli sur soi qui guette si souvent la population des malentendants. Le cinéma est un art très peu accessible pour les personnes sourdes et malentendantes parce que très peu de films sont sous-titrés chaque année. Pour augmenter le nombre de films sous-titrés, l’ARDDS a donc décidé d’organiser le premier prix du film francophone sous-titré en janvier 2017. Les films seront sélectionnés par un jury composé de personnes sourdes et malentendantes. En attendant, l’association a donc déjà remis une première distinction au film Marie Heurtin. Ce film relate l’histoire vraie, à la fin du 19e siècle, d’une enfant sourde et muette incapable de communiquer. Sœur Marguerite, une jeune religieuse, désire s’occuper de Marie, afin de la sortir de sa prison et de lui apprendre à communiquer. Pour Agir Pour l‘Audition, soutenir ce prix est l’occasion de participer à l’information auprès des réalisateurs … Lire la suite

petitefillecasquebonnetaille

« Les jeunes et le monde sonore », l’étude de la semaine du son et d’IPSOS

La semaine du son qui s’est déroulée en janvier dernier a été l’occasion de faire le point sur les jeunes et leur consommation du son. Cette étude a été réalisée par l’institut de sondage ISPOS durant l’automne 2015. Ont été interrogés, 500 parents d’enfants de 0-6 ans , 511 enfants âgés de 7 à 12 ans, 502 adolescents âgés de 13 à 19 ans. Qu’apprend-on dans cette étude ? Les enfants et les parents se disent sensibilisés. Les jeunes se disent sensibilisés aux risques auditifs, jusqu’à 95% des 7-12 et 80% chez les adolescents. Ce sont les parents qui les sensibilisent. 35% des parents estiment que leur enfant a été sensibilisé. Mais certains signes nous montrent que tous ne sont pas conscients des risques. 1 parent sur 4 et un adolescent sur 3 estiment à défaut que les risques auditifs concernent moins les enfants que les adultes. Et 28% des parents déclarent ne pas savoir évaluer l’audition de leur enfant. Les enfants comme les parents ont tendance à ne pas agir face à un trouble de l’audition. Les enfants avouent ne pas l’avoir dit à leur parent, 41% des 7-12 ans. Et si 26% des parents (7-12 ans) à qui les enfants ont parlé de … Lire la suite

logo_scop_messageur

LE MESSAGEUR – 2015

La SCOP (société coopérative et participative) Le Messageur propose des services innovants pour l’accès à la communication des personnes malentendantes et sourdes, ainsi qu’aux personnes souffrant de troubles de l’audition. En lien avec les associations, la SCOP le Messageur agit pour sensibiliser le public au handicap que représente la perte d’audition et permettre la diffusion d’outils améliorant l’accessibilité des personnes concernées à toutes les dimensions de la vie sociale, professionnelle et citoyenne. Les outils et services développés par la SCOP le Messageur ont pour vocation de répondre aux besoins repérés : 1/ La mise en accessibilité des événements accueillant du public, pour les personnes sourdes et malentendantes, grâce à : la transcription simultanée en 15 langues et en braille ; la possibilité de sonoriser un événement spécifique avec une technique propre à la SCOP Le Messageur ; la mise en place d’aménagements sonores grâce à des systèmes de boucles d’induction magnétique. 2/ L’accessibilité de la téléphonie pour les sourds oralistes (c’est-à-dire les personnes sourdes capables de s’exprimer oralement), les personnes sourdes et aveugles et les personnes s’exprimant en langue des signes en partenariat avec Websourd (SCOP mettant en œuvre des services d’accessibilité pour les personnes sourdes). En savoir plus sur la SCOP le … Lire la suite

5349f81bd16e72ed746f0d0a0d79be14

LA SOFRESC – 2015

L’Association loi 1901 fondée en 2007, la SOFRESC a comme objectif de mener une réflexion sur l’évaluation des troubles sensori-cognitifs et de promouvoir les initiatives et actions de recherche dans le domaine des pathologies dégénératives cérébrales, d’organiser des actions de formation dans ce domaine et de favoriser les échanges pluridisciplinaires. Les pathologies neurodégénératives et neurosensorielles sont l’une des causes majeures de la perte d’autonomie et le principal motif « d’institutionnalisation » des personnes âgées. Avec le vieillissement de la population et l’augmentation de l’espérance de vie, le dépistage précoce des pathologies potentiellement handicapantes et la prévention de celles-ci doivent favoriser le « mieux vieillir ». Celui-ci doit notamment permettre à chaque personne de conserver un maximum de capacités et d’autonomie et donc la meilleure qualité de vie imaginable. La prise en compte sérieuse et professionnelle de la plainte liée aux troubles de la mémoire et aux troubles sensoriels fait partie intégrante de ce concept pour les années à venir. Le médecin est au cœur de la prévention, du dépistage et de l’accompagnement de ce type de plainte, avec l’objectif de favoriser le bien vieillir, de retarder les pathologies neurodégénératives et neurosensorielles et de maintenir l’autonomie et la meilleure qualité de vie pour … Lire la suite

_PAL3698

Prima Donna – 2015

Prima Donna est un organisme spécialisé dans l’accompagnement d’artistes et le développement de leurs projets. Le Journal de ma nouvelle oreille est une pièce originale qui a vu le jour en juillet 2013, à l’initiative d’Isabelle Fruchart et de Zabou Breitman. Elle met en scène le journal qu’Isabelle Fruchart, comédienne malentendante longtemps non diagnostiquée, commence à tenir lorsqu’elle reçoit ses « nouvelles oreilles », un appareillage numérique qui la projette dans une nouvelle vie. Dans son journal, la comédienne raconte jour après jour son adaptation progressive à l’appareil auditif, évoquant son émerveillement lors de la redécouverte des sons, son excitation d’une liberté retrouvée, mais aussi son impatience et parfois son découragement. Elle revient sur le long parcours et les efforts effectués pour surmonter, comprendre et accepter ce qui la rendait différente et parfois solitaire : la perte de 70% de son audition à l’âge de 14 ans. Zabou Breitman témoigne au théâtre comme au cinéma d’un profond engagement sur des sujets mêlant l’intime et le social, l’historique et le psychologique ; elle s’est passionnée pour ce témoignage sensible et plein d’humour au point de l’adapter pour la scène et de proposer à Isabelle de l’interpréter. Ce spectacle, créé au festival d’Avignon 2013 … Lire la suite