Aujourd’hui journée mondiale de l’audition

Aujourd’hui journée mondiale de l’audition

A l’occasion de la Journée mondiale de l’audition du 3 mars, l’OMS a invité 5 organisations à s’exprimer à la tribune.

AGIR POUR L’AUDITION a participé à ce forum, sur une invitation des docteurs Etienne Krug, directeur du programme des maladies non transmissibles  et Shelly Chadha, responsable du programme vision et audition.


Les cinq orateurs ont été invités à répondre aux mêmes questions :

  • Marcel Bobeldijk (Hollande) représentant de la fédération internationale des personnes déficientes auditives
  • Liu Tingting (Chine) représentait le programme de réhabilitation et de recherche sur la surdité de la Chine
  • Deanna Kay Meinke (USA) représentait l’organisation DANGEROUS DECIBELS des Etats-Unis
  • Pierre Anhoury (France) représentait la fondation AGIR POUR L’AUDITION
  • Elena Torresani (Suisse) représentait la fondation HEAR THE WORLD

AGIR POUR L’AUDITION s’est exprimé.

Quel rôle votre organisation peut-elle jouer dans le problème de la perte auditive évitable ?

AGIR POUR L’AUDITION, association à but non lucratif et indépendante a inscrit dans sa mission l’amélioration de la santé auditive des populations à travers

  • la prévention à tous les âges de la vie
  • l’information, la sensibilisation et le diagnostic précoce
  • le soutien à la recherche scientifique dans tous les domaines et la création de l’institut de l’audition à Paris
  • la participation aux actions de l’OMS en étant un relai de terrain et en devenant centre collaborateur (WHO Collaborative Center)

Quels sont les défis à surmonter pour adresser le problème de la perte auditive évitable ?

Nous faisons face à trois défis pour cette question qui touche surtout les jeunes.

  • IGNORÉE : la perte auditive évitable des jeunes est pauvrement documentée et le plus souvent ignorée
  • NÉGLIGÉE : les jeunes savent qu’une écoute abusive en intensité et en durée a des conséquences sur leur audition. Le plaisir d’une écoute sans contrainte domine et conduit à l’absence de mesures de protection ou de modération.
  • SECONDAIRE : Cette question n’est pas une priorité de santé publique et ne fait l’objet d’aucun investissement significatif. Il est urgent de lancer un plan national audition qui réponde à ces questions.

Quels sont les moyens que vous projetez de mettre en œuvre pour répondre à ce défi ?

  • Lancer le programme de sensibilisation dans les écoles primaires : Faire du chapitre d’enseignement de l’audition prévu au programme, une action permanente concrète et visible. Installer un sonomètre dans le lieu le plus bruyant de l’école (cantine, cours de récréation)et initier des actions de prévention du traumatisme sonore. AGIR POUR L’AUDITION mène un programme pilote dans ce sens depuis 2014.
  • Conduire une campagne sur les campus des lycées et des universités : Inviter les jeunes à communiquer sur leurs habitudes de vie et mesurer leur audition. En 2015 AGIR POUR L’AUDITION lance une évaluation auprès de milliers de jeunes, basée sur une action de sensibilisation sur les campus universitaires. Un questionnaire couplé à un test auditif (test des trois chiffres) permet de collecter pour la première fois, sur une simple tablette, des données qui vont croiser les pratiques d’écoute au casque avec les résultats des tests auditifs dans le bruit. Communication et publication vont amplifier l’impact de l’action.
  • Aller au devant du grand public pour favoriser l’information, le diagnostic précoce et la réparation.  Depuis 2014, AGIR POURL’AUDITION va au devant du public avec son programme AUDITION TOUR qui véhicule au cœur des villes et des villages, de l’information, des moyens de test auditif et des rencontres avec des professionnels de l’audiologie.

 

Téléchargez la brochure « Ecouter sans risque »